1. sept., 2018

Je grandis très vite, je change encore, tout en gardant mon contentement, je prends de grosses doses d'abilify en partie pour plaire à ma famille, sans renier mes idées "originales" . Bien sur, je romps ainsi avec le serment que j'avais fait de "tout dire à tout le monde " , mais ce serment n'est pas viable, je le concois aujourd'hui, déjà, je dis tout dans ce blog, c'est déjà pas mal .

Je sais maintenant que je dois cacher ma véritable personnalité, sous l'apparence d'une personne normale, je dois garder mes opinions sur la vie pour moi, si je veux vivre tranquille, finir ma carrière d'infirmière sans encombre.C'est un peu dur, mais je crois que je peux le faire . 

30. août, 2018

Semblent souvent contradictoires, on dit que le genre humain est ambigu, il contredit souvent ce qu'il vient de dire peu de temps avant ; il est dans  l'instant, porté parfois par sa conscience ; une parole réfléchie ou par son inconscience; une parole rapide mais plus vraie, moins formatée par l'éducation ou la bienséance . Ainsi, surement pour sembler cohérents, les gens ordinaires, oublient leurs contradictions , leur conscience met barre, mais en fait, ils sont bloqués dans un cercle vicieux, ou leur inconscience et leur conscience luttent éternellement sans jamais trouver de solution, puisque la barrière qui les sépare est trop hermétique, et peut être se renforce au fur et à mesure du temps et du combat . 

Cette situation , à mon avis, est propre à engendrer des maladies de tout genre . Le sujet est en souffrance, même si sa conscience ne lui montre pas, son inconscience souffre, elle sera donc moins apte à maintenir la santé du corps ou de l'esprit, et en admettant qu'elle ait une volonté propre, elle ne le souhaitera pas . 

Ces gens " ordinaires " sont perdus dans l'instant, ils disent oui ou non en fonction de leur état de conscience, plus ou moins profond, ce sont des girouettes, sans aucune ligne de conduite de vie, ils n'ont pas de sens logique , leur vie n'aura pas abouti , n'aura pas de sens .... Il faut qu'ils renouent avec leur inconscient, il leur faut retrouver le but profond  de leur vie , aggrandir leur conscience, oublier sa petitesse , pour enfin découvrir leur être entier . 

 

27. août, 2018

Ma fille m'a fait baisser l'abilify de 30 à 25 mg, je lui disais que je salivais beaucoup à 30 et que j'avais des coups de barre . Sinon, ça va, ça ne me plombe pas le moral de prendre une telle dose, comme ça l'aurait fait avant : je m'en fiche, ça ne va pas changer mes idées , elles sont bien ancrées maintenant. C'est vraiment formidable, parce que je n'ai plus l'effet nocebo du médicament, je ne me sens plus nulle ou malade mentale dans le mauvais terme ! Et, en plus, je rassure ma famille, et j'évite surement les " délires plus grands ", les excitations, les emballements, la joie immense d'atteindre mon but : la connaissance de l'inconscient .

Bien sur, je parais folle quand je parle de ma passion : l'inconscient . Je peux en parler pendant des heures, avec rapidité, je n'ai plus alors de barrière conscient, inconscient, tout se  mélange, mais les autres ont toujours leur conscience, qui leur dit ; " Ouh la ! C'est pas normal, elle est folle ! " Même si leur inconscience est satisfaite de mon discours, et elle l'est, j'en suis sure, leur conscience tient les rennes et met barre . Car, comme je parle longtemps à l'inconscient , sans reparler à la " petite " conscience,  celle- ci prend peur, elle n'est pas contente, elle trouve qu'il y a quelque chose qui cloche !

Je ne sais pas si je suis claire, mais en tout cas, il faut que je sois plus maligne, plus abordable, pas trop géniale, parce que je choque les consciences, je dois baisser de niveaux à tout prix, et en plus démasquer de manière plus douce les défauts de conscience ! J'aurais moins de problèmes, même si , j'ai trouvé comment justifier cela dans mon job, en " éducation thérapeutique" , je dois y aller mollo .

Sans quoi, je suis vraiment différente, j'agis . J'aide mon mari aux tâches ménagères, je ne reste plus à " rien faire " , à penser , puisque tout est clair dans ma tête, je bosse, je crée même des compositions florales défraichies que je rénove avec des fleurs bon marché artificielles ! Je fais aussi de la cuisine: des clafoutis avec toutes sortes de fruits mélangés, des boeufs mode, bref, je suis heureuse, ça change !

24. août, 2018

Normal, j'ai le contre coup de mon effervescence , un petit creux de la vague submergeante , mais rien qui puisse inquièter mes plans à venir . Je récupère déjà . Tout ça a un sens pour moi, je règle ma vie, et pour mon bien être, j'ai du pousser un peu ma réalité ou la réalité ? Je crois vraiment que j'ai poussé , acculé la réalité pour l'adapter au mieux à ma réalité . C'est grave ce que je dis ; mais je sais que j'ai amené des connaissances supplémentaires , non seulement sur la bipolarité, mais aussi dans ma pratique d'infirmière, j'aborde l 'éducation thérapeutique , plus ou moins douce, chez les malades ordinaires , même incurables .. C'est ouf, c'est sur, c'est nouveau, mais ce qu'il y a de nouveau, c'est qu'ils sont satisfaits, mon challenge est réussi ! Enfin, ça bouge sérieusement dans les soins infirmiers ! ça bouge aussi , niveau syndicats, dans la mise en place d'une nouvelle nomenclature ! Depuis le temps, qu'on tourne en rond ! Perso, moi ça fait 32 ans ! Je ne peux qu'être satisfaite aussi, j'ai presque hâte de retrouver mes malades au bout de 4 j de vacances !

De plus, je suis à 30 mg d'abilify par jour, je n'ai jamais pris une telle dose, j'ai été longtemps à 5 mg, 7 ans au moins, puis je suis passée à 7.5 . Mais même ça, ne m'inquiète plus, l'important est de se sentir bien, et surtout pour moi, de réussir mon projet, dose ou pas dose, ni fait rien .

Je suis en train de réaliser le but de ma vie .

23. août, 2018

Je me calme : je reste toujours heureuse,  pas question que ça change, je veux maintenir cet état, coute que coute, même si je dois cacher mon bonheur pour le garder .Je ne veux plus bouger le curseur de mon humeur sur le cercle de mon tempérament, du moins, je veux garder cette dominante ! ET j'y arriverai !

 Pour cela, j'accepte tous les traitements qu'on me donne, sans rechigner, c'est pour moi, une manière de cacher ma différence, ce n'est pas insultant comme je le pensais au départ, j'ai passé encore un cap !

Sinon, je crois que je suis en train de règler mon originalité à la capacité du monde à la recevoir .Je fignole . A moi de négocier le maximum pour ne pas être trop brimée !

J'aide aussi mes parents, qui ont besoin de  mes dons pour s'en sortir, ils sont en train de sombrer dans la dégénérescence . En même temps, je n'ai pas été une enfant facile, je leur ai fait beaucoup de reproches .

Je me rapproche de mon mari, j'essaie aussi de l'aider, il est mal aussi... fatigué, ça fait des années que je ne pratique plus rien ! 15 ans.

 

Voila, je me réveille, comme si je venais au monde ! Et je constate l' état des lieux ....Il faut remettre de l'amour de toute urgence !

Je dois montrer que je suis revenue de mon esprit, et que je les aime §