Psychisme équilibré

29. avr., 2018

Dans ma pratique, je ne parle évidemment pas de mes idées subversives , malgrè qu'il fut un temps ou je le faisais et qui m'a fait perdre tous mes remplacements infirmiers ! Temps douloureux ....Ma théorie me submergeait , je ne prenais pas de traitement ,et mon inconscience galopait bon train dans ma conscience qui trop éduquée, lui laissait la place . Preuve qu'il n'est pas nécessaire de m'arrêter dans mon cheminement puisque les malades ou leurs familles connaissent bien le sens commun et savent le faire à bon escient .

Dans mon genre , je suis téméraire, presqu'une tête brûlée ? A ma décharge, je veux faire quelque chose d'important dans ma vie ; cette idée ne me quitte pas , je suis ambitieuse et prétentieuse , j'ai confiance en mon esprit, en même temps, c'est avec le sien qu'on juge, donc comment bien juger ? Bref, l'avenir nous dira si j'avais raison, je veux bien en prendre le pari !

Tous les jours, je suis aux aguets pour vérifier ma théorie, et dès qu'il y a une réaction inexplicable venant des autres, mes idées l'expliquent .

Dernièrement, mon amie me disait ; " Ma mère devient folle , elle peut dire blanc et noir dans la même conversation ! " Et, je pensais à l'inconscience qui parle à travers la conscience, et qui s'exprime de plus en plus en vieillissant parce que la conscience faiblit parfois . Le sujet ne s'apercevant de rien, et pour cause !  L'inconscience passe inaperçue au regard de la conscience, c'est presque magique . L'esprit humain est pour ça, fascinant !

Les sourds , par exemple, sont sourds en conscience, mais leur inconscience entend , c'est pourquoi on dit souvent; il est sourd pour ce qu'il veut ! Le sujet n'a pas la conscience de savoir .

 

Les personnes alzheimer  sont parfois très lucides, parce que leur inconscience parle ...  Leur subjectif pur , remplace leur conscience même s'il y a destruction des neurones, constatation scientifique, il peut y avoir une explication spirituelle , l'un n'empêche pas l'autre .Le subjectif pur ne nécessite peut être pas tous les neurones .

 

J'ai vécu le subjectif pur, j'ai 3 livres de novembre 2005 à octobre 2008 ou il est difficile de me suivre, même pour moi !  J'étais en pleine inconscience . Mais je trouve quand je me lis, qu'il y a un fond de souffrance certain .... les malades Alzheimer ne sont pas si loin que ça de moi, sinon qu'ils sont plus dans l'irrémédiable physique . Ma belle mère est devenue Alzheimer quand son mari est décédé , et je suis sure qu'il y a un lien entre souffrance et Alzheimer . C'est un peu disparaitre, en restant là . Comme je l'ai fait de manière réversible .L'avenir nous dira, si j'ai tort .

 

Je serai peut être plagiée, je n'ai aucune protection ici, de mes idées, mais l'important pour moi, c'est d'avancer le monde, peu importe comment .

 

Je veux comprendre, j'ai tellement souffert ... lol , pffff , je ne suis pas la seule ! Il faut commencer à débroussailler l'inconscience, c'est d'elle que vient tous nos maux . Faisons preuve d'un peu d'imagination pour la débusquer ! TOUS ENSEMBLE ! Pour trouver une solution commune qui réponde à toutes nos questions .

Il faut lui donner la voie de la pureté intelligente (qu'elle a, une fois ses rancunes apaisées et sa poubelle nettoyée )  , pour règler notre conscience avec elle , sinon l'humanité ira à sa perte .

ET CE N'EST PAS UN CHOIX DE MA PART ;  juste une logique de vie imparable , un mélange optimun de coeur et de raison .

 

 

 

 

11. avr., 2018

C'est Patrick , le seul qui commente ici , qui m'a fait penser à noter bipolarité sur un titre pour attirer les bipolaires du net ( on communique sur skype , à l'écrit ou au tel, sur mon blog, c'est extra pour moi, enfin quelqu'un qui s'intéresse à mes écrits ! Et me le dit ! )

Je parle peu de bipolarité, le terme trimballe trop de souffrances et de péjorativité , je préfère dire ; recherche d'équilibre, il faudrait rebaptiser cette maladie encore, quête de soi ? C'est pas mal .

Mais j'aimerais que les bipo viennent ici , ils seraient peut être plus bavards que les psychiatres ?

J'avais d'abord écrit ; bipolarité sublimée, mais Patrick trouvait que c'était trop pompeux, il a avancé ; maitrisée, mais ça ne me plaisait pas, transcendée, c'était encore trop fort, alors j'ai pensé à équilibrée ou stabilisée, mais c'est une recherche d'équilibre déjà, donc, je me suis arrétée sur réussie, ça donne une idée de combat et de victoire, c'est positif, ça me plait bien .

6. avr., 2018

Est ce parce que j'ai été folle que je n'ai pas de commentaires ? Est ce que cela discrédite tout ce que je peux dire par la suite ? Je suis perplexe .... 

Finalement, ce serait une forme de discrimination , non ? Heureusement, comme toute discrimination , elle finira par disparaitre avec le temps . Il faudra encore beaucoup de temps ! Mais un jour , la folie sera étudiée à sa juste valeur , ce jour là, les malades mentaux ne seront plus des pestiférés pour le commun des mortels , et l'on pourra commencer à faire du travail sérieux  sur la maitrise de la folie et surtout sur son analyse en amont . Le jour ou l'on comprendra que rien ne sert à rien, que tout est utile et a sa signification, le jour ou l'on fera confiance en tout homme, parce que le cerveau est bien fait, et qu'il passe par ou il a besoin de passer , même si c'est par la folie ! Le jour ou l'on comprendra que nous sommes tous égaux mais que nous sommes 2 en 1 ....l'un en apparence et l'autre tapie dans l'ombre à attendre son tour ... comme si  l 'inconscient avait une identité propre, presque indépendante de la conscience . Voila, le clou de ma théorie .  Du moins, c'est le seul moyen mémo que j'ai trouvé pour expliquer ce que je ressens . Mais ceci explique beaucoup de vides existentiels , notamment les erreurs, les accidents, les maladies, à cause d'une volonté inconsciente existante .Ceci explique les dires des schizophrènes aussi , qui se dédoublent .

Je crois fermement en l'esprit , humain certes , j'ai foi en lui, et ma foi est la base de ma théorie ; tout est spirituel  et ce qui ne l'est pas dépasse mes compétences . Le corps humain est à la merci de l'esprit, et l'esprit inconscient est comme une épée de Damoclès , il tranche.

 

Je ne suis pas un gourou ,  il ne faut pas avoir peur de ma folie, elle est domestiquée ; d'ailleurs, je soigne des gens tous les jours et personne ne se plaint , j'espère qu'ils sont contents de moi , même . Je sais faire la part des choses, maintenant , je reste imprégnée de mes manies sans les imposer aux autres ; seul mon blog en est le témoin .

Je ne peux qu'écrire, espérer être lu , ma crédibilité est plus nulle que ma débilité ! lol ...

MAIS QUI SAIT ?  QUI SAIT ?

 

30. mars, 2018

J'avais écrit un post sur lui, et je l'ai effacé ... C'est la première fois que ça m'arrive, j'écris toujours à l'arrachée, et je n'efface jamais rien, pour plus de transparence . C'est ce qui m'intéresse, l'écriture presque automatique, venant d'une inconscience superficielle certes,  pas trop consciente, pas réfléchie . Pourtant, c'était intéressant , mais j'avais eu le sentiment de me servir de ma famille à leur insu, et d'étaler froidement mon analyse ...en me servant de la souffrance de mon père .

 

Je disais que j'avais une info sur un problème de santé de mon père, que je gardais pour moi, pourquoi ? Je suis infirmière, je connaissais l'importance de cette info ... Et j'aime mon père . Lui même " oubliait " d'informer son médecin alors que je lui avait demandé de le faire ,  pourquoi ? Pourtant, ce problème l'angoissait beaucoup ,je reste évasive pour ne pas être tentée de supprimer ce post . Et puis, non, j'y vais, c'était des réveils nocturnes avec sensation d'étouffements . Il a fallu plus d'un mois pour que l'info passe, j'ai du me faire violence pour la donner à son médecin . Certains diront, c'était la peur de la mort, et donc le déni de l'information qui s'en suit . La conscience étant timorée . Mais je ne crois pas, pas à mon niveau, s'occultait pour une raison autre, d'abord je voulais que mon père s'exprime lui même et pas à travers moi , ensuite, et plutôt je crois , ma conscience buggait . Elle était paralysée. Par mon inconscience surement . Comment le dire autrement ? Et, à mon niveau, ce n'était pas la peur de la mort de  mon père puisque je sais très bien que le non soin  y conduit  plus surement .

Je peux me tromper, mais il me semble que la conscience et l'inconscience de mon père était en conflit, la conscience souhaitant la vie et donner l'information au médecin, et l'inconscience le contraire . Et moi même proche,  au courant des deux envies contraires . Moi et mon père soumis à notre inconscience , aveuglant notre conscience . 

Et franchement, je ne crois pas, du moins me concernant, qu'il fut question d'un déni par peur de la mort . Ma peur de la mort de mon père existe, mais je sais trop l'importance des transmissions des symptomes au médecin, c'est mon métier , dans la bonne  prise en charge de la  maladie .

 

Il ne faut pas sous estimer la conscience, elle n'est pas idiote, même si elle a peur de la mort, un déni reste une idiotie , et je n'y crois pas . Pourquoi gacherait elle ses chances de survie ?   Le seul moyen de neutraliser l'action de la conscience , c'est l'inconscience qui le détient .Elle crée un vide, un oubli, elle met barre au travail de la conscience .

C'est encore pénible pour moi, de décortiquer les comportements de mes proches, je vais sauvegarder sur un brouillon, au cas ou je supprimerais encore, pour reformuler avec moins de précisions douloureuses .

Dans ma réaction, il y avait comme un accord inconscient entre mon père et moi, un accord dur sans pitié comme sait le faire l'inconscience ... Pardon pour mes pensées qui me font si mal mais qui jaillissent malgrè tout , pardon papa pour l'exibition de nos relations si intimes ,pardon si des fois je me trompais ....

 

27. mars, 2018

Je ne fais que parler d'inconscience mais au fil des années je me rends compte oh ! combien la conscience est importante !

 

Si comme je le pense l'inconscience en souffrance tente de déstabiliser la conscience, voire d'engendrer des erreurs , des accidents, des maladies ...Il faut sans nul doute essayer d'apaiser l'inconscience car dès que la conscience sera moins vigilante , les problèmes arriveront .A la fin de la vie par exemple ...On ne peut proner qu'une conscience forte, pour maintenir notre compétence professionnelle en dépit des conflits conscience, inconscience puisque l'inconscience peut être très dangereuse ; elle fait fi de la souffrance et de la vie des gens . D'autant que beaucoup de personnes doivent avoir des conflits entre leur conscience et leur inconscience, et qu'il faut bien pourtant maintenir une conscience "consciencieuse " .

Je reconnais volontiers que mon imagination est riche , mais c'est quand même une piste intéressante . Je ne peux pas dire qu'elle est vraie mais personne ne peut dire qu'elle est fausse . Je donne à l'inconscience une volonté propre, comme si c'était un deuxième être en nous, et je le pense, j'avoue que je me suis inspirée des schizophrènes qui dédoublent leur personnalité , je les crois, pour moi, ils sont dans un inconscient plus profond que le bipo de type 1 , mais ils ne sont pas fous, que fous par rapport à la conscience ordinaire .

Mon raisonnement se tient, il se base sur un cerveau entier (conscience, inconscience) très intelligent . Toutes consciences confondues, notre cerveau est extra . C'est un peu un " Dieu ", il possède cette entité qui le rappelle , tout au fond de lui , un noyau de vie ...qui cherche la perfection spirituelle pour trouver la bonne route humaine . L'humanité serait une ruche améliorée , un nid de fourmis supérieures régenté par des inconscients individuels et un inconscient collectif  au service de l'amélioration humaine . Et chacun mettrait sa pierre à l'édifice si sa conscience n'est pas trop étriquée , si elle se nourrit assez du noyau de vie pour relativer sa vie jusqu'à la quitter lorsqu'elle n'apporte plus rien à l'humanité .

C'est extrême, parce que même le mourrant est un grand professeur pour l'infirmier , il le teste et lui apprend vraiment à être un être humain digne de ce nom .