21. août, 2017

Médecins des villes et médecins des Hôpitaux .

Ne jouent pas sur le même tableau .

A l'hopital , on est des apothicaires, des spécialistes du corps,  on traite bien la matière, avec les bons médicaments, quand il faut .

A domicile, l'esprit est pris en compte davantage, le patient est roi, mais l'esprit inconscient rode ......Certains inconscients ont de la rancune contre leur hote conscient, il cherche la vengeance, et certains inconscients sont dominants par rapport à d'autres, les médecins peuvent être manipulés par l'inconscient souffrant et donc suicidaire du patient . Certains médecins ne le sont pas, ils gardent leur route du bon soin corporel ... Ils ont peut être un inconscient très dominant, et très fort, et très pur ? Ou le contraire, une science du corps très ancrées? 

 

Bref, les médecins de ville à domicile sont beaucoup  plus enclin à l'erreur que les médecins des  hopitaux , est ce pour ça que le médecin ne va plus au domicile ? Pour éviter le traquenard du patient roi et perturbateur de bonne médecine ?

 

En tout cas, il existe malgré tout, des ordres inconscients primordiaux, qui servent la grande histoire de l'humanité, et qui font de nous des "meurtriers" à notre insu . Comme dans cette histoire du décès de monsieur G , ou mon beau frère médecin et moi même avont  " joué " les premiers rôles qui dénouent l'intrigue .

 

Je sais que je suis odieuse, je suis forte et sensible à la fois, c'est ma grande qualité ; je cherche avant tout la compréhension des choses, les pleurs inutiles ne m'intéressent pas, ils arrivent parfois, peu de temps, et sont une soupape de sécurité, rien d'autre ; je veux être positive pour le monde , comme E.G  ..qui aide le monde à monter...... Sur son lit de mort, je lui ai promis que la haut, nous ne faisions plus qu'un, et c'est vrai .