13. nov., 2017

Voyage spirituel

Je l'ai souvent dit , je ne regrette rien pourtant j'ai souffert mais l'accouchement de mes idées en valait la peine .Je peux seulement déplorer le mal que j'ai fait aux miens, les angoisses que j'ai du générer , je leur  demande de m'excuser pour ça .

Je suis peut -être un cas d'école pour mes lecteurs , ça ne me dérange pas non plus , celui qui n'a pas abordé sa folie, ne peut me comprendre . Il se croit préservé , surement soulagé s'il est professionnel psy parce que plus averti que les autres . Mon but n'est pas de proférer des menaces, je ne souhaite à personne de vivre ce que j'ai vécu , mais je dois dire qu'une fois passées ces 15 années de recherches spirituelles sont " une bénédiction " ou quelque chose de similaire .

Je  me sens entière, aguerrie . Je suis heureuse de  pouvoir dire que j'ai étudié ma folie , je l'ai surement un peu domptée même si je me suis fait aider des thérapeutiques  , du moins si elle n'est pas domptée puisque c'est quasiment impossible, elle s'est transformée, elle est devenue plus pure, davantage bienveillante , avec mon regard sur le monde qui a changé . En trouvant des réponses existentielles, j'ai compris l'être humain à ma façon, mon esprit perfectionniste est satisfait du résultat, et mon être tout entier est apaisé, ma rancune tarie, ma folie , si elle reste impossible, s'apparente à un rêve  éveillé .

Nous sommes tous "  fous " dans notre inconscience , puisqu'il y règne une raison différente de celle de la conscience ordinaire . Je suis fière d'avoir abordée ce monde tant incriminé , qui fait peur à tous , ma vie restera hors norme , mon égo est satisfait . 

C'est une résilience au top, mais je pense surtout que c'est l'avenir de l'esprit, nous allons vers une étude de notre inconscience, on ne pourra pas passer outre, la conscience va vouloir et devoir s'aggrandir pour se perfectionner . L'étude des malades mentaux est passionnante si l'on met de côté notre peur de la folie . Tout est question d'optique .

 

Aujourd'hui , je suis zen, je crois que j'ai atteint la maturité d'esprit qui peut me permettre de quitter ce monde avec sérénité , même si le plus tard sera le mieux . Malgrè tout l'amour que j'ai pour les miens, je ressens une espèce de béatitude, en fait, oui, je me sens philosophe .