26. févr., 2018

La bêtise n'existe pas .

Il n'y a que des luttes incessantes entre conscience et inconscience . Et, je parle d'une inconscience proche de la conscience, dans les couches superficielles de l'esprit et d'une inconscience en conflit avec la conscience étriquée , une inconscience qui fait fi de la moralité et de la mort .

 

J'observe les attitudes de mes patients, de mon entourage ....Et je trouve mon explication de leurs aberrances tout à fait plausible . Ils paraissent têtus, idiots, laxistes, mais je suis sure qu'ils ne le sont pas, l'esprit est trop grand, trop malin, j'ai foi en lui . Non, ils sont seulement en conflit conscience, inconscience , et la plus forte gagne selon les instants, lorsque la conscience est moins vigilante , c'est l'inconscience, et lorsque la conscience est trop puissante , l'inconscience attend son tour . Mais, je remarque qu'avec l'âge, la conscience faiblit, et se retrouve plus souvent biaiser par l'inconscience .

 

Exemple, cette patiente diabétique complètement fermée à l'éducation alors qu'elle semble ne rien comprendre aux règles hygièno dietétiques et qui se fâche si on persiste à l'éduquer même  en douceur !  Elle est complètement bloquée dans sa représentation de la conduite à tenir en cas d'hypo ou d'hyperglycémie et refuse d'en sortir ! Elle prend des biscuits sans sucre quand elle est en hypo , elle proscrit les féculents au déjeuner et au diner et quand elle mange trop de sucre elle dit avoir oublié de lire la composition alimentaire enfin elle prétend que ses taux de glycémie sont aléatoires !  J'ai averti sa diabétologue qui a bien compris le problème; je dois éviter les hypo et maintenir une glycémie en dessous de 2 g , je ne peux toujours rentrer en conflit avec la patiente pour essayer de l'éduquer, donc, j'essaie de gérer au mieux, en faisant passer des petits messages de temps en temps .... Je ne suis pas tranquille . Si elle retient qu'il faut manger du sucre en cas d'hypo, j'aurais gagné une bataille mais ce n'est même pas sur !  Elle a 85 ans, ok, mais je sais qu'elle est intelligente, tout le monde l'est , à mon avis ,elle subit un conflit conscient, inconscient . Un conflit morbide . Son inconscient cherche à lui donner une ultime leçon , sa conscience étant plus faible avec l'âge, je m'adresse sans doute " sans le savoir " plutôt sans le vouloir , à son inconscience qui me répond avec toute son insolence .On pourrait me rétorquer qu'elle devient sénile, alzheimer ? Mais justement, il est possible que cette bataille entre conscience et inconscience amène une capitulation totale de la  conscience .Une mort psychique au regard d'autrui, à défaut d'une mort tout court .

 

Monsieur M fait une grave pneumopathie avec épanchement pleural . Depuis toujours,c'est un grand asthmatique . Tous les soignants lui disent de continuer son traitement de fond pour l'asthme, que ça peut être dangereux d'arrêter ....En plus, avant cette pneumopathie ,jamais il n'aurait râté une dose de sérétide tant il craignait de rechuter !  Pourquoi alors se fache t-il lorsqu'on lui dit de ne pas oublier son traitement ? Que se passe t-il ? Sa conscience est moins vigilante, et son inconscience surgit pour appeler la faucheuse ! Il y a un conflit ;  ( je veux vivre encore , il est temps que je meure )

 

J'ai encore un exemple éloquent, mais il est dur, et j'ai trop peur que l'intéressée puisse venir ici, se reconnaitre. C'est avec un enfant handicapé , je bloque, je ne peux pas raconter ça.

 

Bref, je suis sure que les soignants, peuvent avoir des tonnes d'exemples qui illustreront ces dires . Le cerveau est intelligent , ne prenez pas les gens pour des cons, la bêtise apparente est le bouclier crypté de l'intelligence inconsciente .