29. mai, 2019

Concessions

Il faut concéder que la connerie apparente est le bouclier crypté de l'intelligence inconsciente . Ca veut tout dire, il n'y a pas de con , l'intelligence peut être supérieure , existentielle et paraitre idiote à nos cerveaux terre à terre . C'était ma conviction, je n'en suis plus si sure, mais ce n'est pas impossible, il y a des intelligences supérieures à la nôtre, dans notre inconscience surement, puisque nous n'en avons pas encore conscience . Je crois en l'esprit, je crois que nous allons avancer et grandir notre cerveau qui est capable de beaucoup plus que ce qu'il nous donne actuellement .

Ma mère m'avait dit qu'elle voulait mourir comme elle est morte, rapidement, sans embêter personne, et c'est ce qui est arrivé . Pourtant, je pense qu'il y a eu des signes annonciateurs, sa tension un peu élevée, et ce bras qui ne voulait pas fonctionner un matin .... C'est très dur de le réaliser, maintenant, beaucoup " l'oublieraient " involontairement, ou non, que sais je ? Mais j'ai toujours été très lucide, sauf peut être lorsque ma conscience est aveuglée par une cause supérieure ?  Je sais bien que c'est très grave ce que je dis, comme si, j'avais droit de vie ou de  mort ; MAIS CE N'EST PAS CELA  DU TOUT !

Jamais, je n'aurais décidé de la vie ou de la mort de ma mère ! Je voulais qu'elle vive ! Je l'aime de tout mon coeur ! Non, ce qui me fait dire tout ça, c'est une analyse de la situation après coup, les interactions humaines au coeur de la santé , les attitudes des uns et des autres, les réactions , les  " paralysies " des soignants ... Qui n'en sont pas, surement, surtout avec des prôches  . J'avais commencé un classeur de soins infirmiers pour mes deux parents, je stockais les comptes rendus, les radios, je notais la tension . J'ai continué pour papa, pas pour maman, pourtant sa dernière tension n'était pas bonne ; 18/12 , elle n'avait pas été prise au repos, c'est sur, mais quand même, je me souviens avoir dit que j'allais la surveiller ; pourquoi ne l'ai je pas fait ?

Pas par faute de temps, je passais beaucoup de temps chez mes parents, pas par déplaisir, j'avais acheté un bon tensiomètre pro, très cher, dont j'étais fière et qu'il me plaisait d'utiliser  ...  Que s'est il passé ? Pourquoi ai je occulté de prendre la tension ? Pourquoi après avoir été alerté par la paralysie du bras de maman un matin, ai je préféré retenir sa proposition qu'elle s'était couchée dessus ?

Je ne veux pas me déculpabiliser, je sais que l'erreur est humaine, même avec sa mère, je peux vivre avec ça, pourtant c'est très douloureux, mais je ne veux pas passer à côté d'une théorie qui ferait de nous, hors de notre conscience, des décideurs de vie ou de mort . Et quand je dis nous, je parle d'un accord inconscient, soignant , malade .

 

Je sais bien que ce que je dis est très grave, mais je crois qu'on entend des "choses" importantes à notre insu, qui manipulent notre conscience, et nous rendent aveugles afin de réaliser un but existentiel , du moins qui nous dépasse. Certains mots ont plus de poids que d'autres, ils parlent à une personne inconsciente qui est en nous, et nous animent comme une pauvre marionnette humaine .

Le domaine de la santé est terrible, c'est la cour des grands . Je donne mon exemple , je me donne en pature au nom de la connaissance de l'inconscient . Je souffre, mais ce n'est pas grave, j'ai déjà tellement souffert avec ma bipolarité, que j'en ai l'habitude . Je veux comprendre, me comprendre, comprendre les soignants, et surtout ceux qui soignent des gens qu'ils apprécient car, je crois que ce sont surtout eux qui ont besoin de savoir à quelle sauce ils sont mangés . Je peux , je dois les aider .

Le monde fera ce qu'il veut de mes écrits, mais j'aurais essayé d'éclairer nos zones d'ombre .

J'éprouve une grande tristesse pour les malheurs des soignants, ceux qui ont choisi d'ignorer leurs ignorances, consciemment ou non, par instinct de  survie surement, ceux qui compensent leurs insafisfactions professionnelles par l'argent, le matérialisme ou des chimères.

Je les comprends de tout mon coeur, nous sommes peut être à l'aube d'une guerre contre nous mêmes, nous cherchons à aggrandir notre conscience, et ce sera forcément douloureux, quand nous réaliserons que nous nous tuons les uns les autres à notre insu, peut être que la vie prendra l'avantage sur la mort .