24. juin, 2019

Progression

Même si je me sens plus sure dans mes convictions, je ne dois pas perdre de vue ma position initiale et la vision des autres .  Pas envie de me perdre dans un subjectif destructeur comme celui d'Hitler, persuadé de faire le bien en tuant .

Cette idée me taraude ; Ne  pas m'éloigner de la réalité, s'y coller .

Et en même temps, ce concept de dire que l'inconscient du malade peut dicter la conduite du soignant , hors conscience, c'est " diabolique " . C'est la porte ouverte, à la rédemption de tous les pêchés, si , je puis dire, comme on me l'a inculqué . Hors, je ne suis pas d'accord, tout pardonner ? Dans l'absolu, oui, puisqu'on est si petit, vulnérable, inculte , mal aimé parfois .

MAIS, ce n'est pas la bonne ligne de conduite, je vois tous les jours, des soignants formidables, qui font de leur mieux, je ne peux pas, je ne dois pas balayer tous leurs efforts, simplement parce que j'ai trouvé une raison inconsciente pour excuser ceux qui manquent de compétence .

Pourtant, si, je réfléchis bien, l'un n'empêche pas l'autre . Certains sont plus doués pour maitriser la conscience, et sont extras en apparence .... Et d'autres, sont plus dans l'ombre terrestre que dans la lumière, si, je puis invoquer cette comparaison , et sont les pions de l'inconscience humaine, ou l'inconscient ? Serait il possible que ce soit vrai ?

Sans mettre de hiérachie, les uns comme les autres, feraient de leur mieux, certains maitriseraient davantage le paradis comme on l'entend, et d'autres pourraient supporter l'enfer sur terre . Sans doute, grâce au dieu déni, mais quand même ...

Désolé, enfer et paradis sont des termes qui me servent bien ce soir, une façon d'exprimer ma passion . ( Je viens de regarder Lucifer sur netflix )

Je cherche, sans doute comme vous qui me lisez ? Je suis moi aussi, un être d'ombre et de lumière, je sais me mettre à jour ici, je suis facilement une proie pour une âme en quête de " bonne action " , avec mes échecs et mes réussites, je ne cherche pas la clémence, si je pêche, je veux bien payer, qu'on me retire mon travail , si je n'en suis pas digne, mais je me battrais pour le garder .

Je ne suis pas une infirmière exemplaire, syndicaliste forcée , j'ai " usurpé " le poste, sans doute pour faire plaisir à un supérieur hiérarchique syndicaliste qui me le demandait , qui ne trouvait personne en fait pour représenter face à la sécurité sociale .  Bref, la vie nous met parfois à des points stratégiques à notre insu .... Si l'on peut maintenant, vraiment parler d'insu .

Je crois que je suis comme tout le monde, en lutte constante entre le bien et le mal . La seule différence, est que mes manies de bipolaire m'ont fait entrevoir un monde d'inconscience parallèle à celui de la conscience .